Cap75.fr » Les dossiers » Jean Claude Anaf, un célèbre commissaire priseur

Jean Claude Anaf, un célèbre commissaire priseur

Né le 21 septembre 1947, d’un père fourreur, Jean-Claude Anaf est sûrement l’un des plus célèbres commissaires-priseurs que le monde ait connu. Il a à son actif des ventes aux enchères plus spectaculaires les unes que les autres. Zoom sur ce « ténor international du maillet ».

Jean-Claude Anaf : un commissaire-priseur emblématique

Anaf fait ses débuts chez Me Pierre Blache, commissaire-priseur à Grenoble. Il y entre pour un stage de 6 mois et passe son examen. Au bout de cinq ans, il quitte l’étude de son mentor pour s’associer en 1975 à Françoise Herment-Mochon à Lyon.

Élevé au rang de chevalier des arts et des lettres en 1989 et admis à la Légion d’Honneur en 2010, l’homme totalise plus de 35 ans de carrière. Célèbre de par ses ventes emblématiques, Jean-Claude Anaf consacre d’ailleurs une grande partie de ses bénéfices pour des œuvres caritatives. Il aide notamment « Les petits frères des pauvres », et participe aux activités du Cercle Poussin. Mais sa grande notoriété, il la doit sûrement à l’acquisition des Brotteaux.

Jean-Claude Anaf rachète la gare des Brotteaux

Jean-Claude Anaf rachète en 1987, le bâtiment central de la célèbre gare des Brotteaux auprès de la SCNF, à 8 millions de Francs. Cette acquisition est une bonne nouvelle pour les amoureux du patrimoine lyonnais qui se demandaient quel serait le sort de l’œuvre de Paul d’Arbaut depuis sa fermeture en 1983.

Anaf rénove l’endroit et le transforme en un magnifique « Hôtel des Ventes d’envergure internationale ». Après l’inauguration de l’Hôtel en 1989, le célèbre commissaire-priseur y réalise une vente spectaculaire : le tableau des Clowns Musiciens de Bernard Buffet est adjugé à 846 000 € ! Cet exploit hisse la ville de Lyon à la deuxième place sur le marché de la vente aux enchères.

Le 8 septembre 2008, le plus célèbre commissaire-priseur de Lyon cède la part artistique de son activité à Claude Aguttes, un confrère parisien. Ce dernier rachète également la salle des ventes des Brotteaux.

15 mois de prison avec sursis pour Jean-Claude Anaf

Le vendredi 21 décembre 2018, Jean-Claude Anaf a comparu devant le tribunal correctionnel de Lyon pour abus de confiance. On reproche au commissaire-priseur d’avoir financé son fastidieux train de vie avec l’argent de la société, détournant au total 465 870 €. Son associé et compagnon Jean Martinon est également poursuivi pour avoir grassement bénéficié du système.

C’est le 24 janvier 2019 que le célèbre commissaire-priseur et son associé ont été fixés sur leur sort lors d’un jugement en délibéré. À 71 ans, Jean-Claude Anaf écope d’une peine de 15 ans de prison avec sursis et d’une amende de 250 000 €. Son associé Jean Martinon, quant à lui, est condamné à 5 mois de prison avec sursis, assorti d’une amende de 150 000 €.

Ces peines sont bien largement inférieures aux réquisitions du parquet qui requérait :

  • 3 ans de prison avec sursis pour Jean-Claude Anaf ainsi que le remboursement intégral des sommes détournées, et
  • 2 ans de prison avec sursis pour Jean Martinon et une amende de 236 000 €.

Cette décision de justice aura certainement un impact important sur le secteur.